Garbage's Box

13 juin 2021

10/06/2021 Late Night Meyers "Wolves"

No Gods No Masters Promo


 10 juin 2021
Télévision  Late Night with Seth Meyers - NBC
New York, USA

Live "Wolves"


Groupe

Shirley Manson (voix)
Steeve Marker (guitare et clavier)
Duke Erikson (guitare et clavier)
Butch Vig (batterie)
Eric Avery (guitare basse)


 Video


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.


Rolling Stone Hebdo, Juin 2021

Rolling Stone Hebdo
n°47
pays magazine: France
paru le 11 juin 2021


Magazine digital
payant

(
en ligne sur
rollingstone.fr
)

Apparu en 2020, Rolling Stone Hebdo, magazine 100% digital et interactif, en complément du mensuel papier et du site web. L’Hebdo est devenu payant (entre 2 et 3€ selon votre moyen de paiement).

2021-06-11-rolling_stone-france-digital 

Sommaire

  • EN UNE : Garbage, interview de Shirley Manson sur le nouvel album du groupe
  • Covid USA : Comprendre la théorie de la fuite de laboratoire
  • Disque de la semaine :  King Gizzard & The Lizard Wizard
  • Disquaire Day : La sélection de la rédaction
  • Interview Music Biz : Wolf Alice
  • Cinéma : Crock of Gold, le film événement sur The Pogues
  • Et aussi : Clara Luciani, Global Network, Migos, Klon et notre #VendrediLecture

12 juin 2021

Rolling Stone, « No Gods No Masters »

« No Gods No Masters »
Garbage, groupe militant

publié le  11/06/2021 par La Rédaction de rollingstone.fr

Garbage-_-Wolves-e1621859489100 
capture d'écran de "Wolves"

Nous avons écouté pour vous le nouvel album de Garbage, l’impressionnant No Gods No Masters
Shirley Manson n’a jamais eu sa langue dans la poche. Au contraire, ce franc-parler éprouvé est l’une des raisons pour lesquelles on n’aura cessé de lui garder une affection particulière, et, en tout cas, de s’intéresser d’un œil et d’une oreille différents à chaque nouvelle sortie de Garbage.
C’est peu dire qu’elle nous a gâtés avec ce No Gods No Masters, dont le titre annonce d’emblée la couleur au-delà de ce rose que la dame apprécie tant. Si les mots tuaient, miss Manson serait aussitôt classifiée serial killer, tant son courroux balaie ici large : du réchauffement climatique à Black Lives Matter, en passant par le sexisme, la misogynie, sans oublier les doutes et les insécurités que ces derniers peuvent faire naître chez une femme, sont ainsi passés en revue, oscillant entre agressivité et faux détachement.
Des mots souvent si cinglants qu’ils laisseraient presque le sentiment que leur mise en son se contente de les accompagner. L’impression est forcément trompeuse, ce dont plusieurs écoutes finissent de nous convaincre.

Garbage-wolves-RS 

21 mai 2021

« Wolves » : Garbage montre les crocs

rolling_stone-logo

 « Wolves » : Garbage montre les crocs
24/05/2021 - par La Rédaction de
Rolling Stone

 Garbage-_-Wolves-e1621859489100 
Capture d'écran de "Wolves"

Garbage vient de publier la vidéo de son nouveau titre « Wolves », le dernier single du prochain album du groupe, No Gods No Masters.

« Cette chanson me rappelle ma jeunesse, lorsque ma personnalité avait deux facettes« , a déclaré Shirley Manson à propos de "Wolves". « J’ai blessé tellement de gens dans ma vie, à la fois sciemment et sans le savoir, j’en suis sûre. Mais quand vous êtes jeune, un peu comme un bébé serpent à sonnette, vous n’avez aucune idée de la force de votre venin. » Manson a ajouté : « C’est une chanson sur le regret. De la dualité… Cette chanson est une ode à cette idée : Qui êtes-vous réellement ? Allez-vous être une nuisance ou allez-vous essayer de faire le bien ? C’est une chanson sur les conflits internes qui nous animent. »

« Wolves » est le troisième extrait du septième album studio de Garbage, No Gods No Masters – à paraître le 11 juin. La vidéo de « Wolves » a été créée par le réalisateur, animateur et peintre chilien Javi.MiAmor, qui a également réalisé le visuel de « The Men Who Rule the World ».

L’album a été produit par Garbage avec son collaborateur de longue date Billy Bush, le groupe ayant enregistré les démos de l’album durant l’été 2018 à Palm Springs. Une version deluxe de l’album comprend des raretés déjà publiées, comme leur reprise de 2013 du tube de Patti Smith « Because the Night », écrit par Bruce Springstreen, avec Screaming Females, et leur single « Destroying Angels », avec John Doe et Exene Cervenka de X.

« C’est notre septième disque, et la numérologie significative a affecté l’ADN de son contenu : les sept vertus, les sept peines et les sept péchés capitaux« , a précédemment déclaré Manson à propos de l’album. « C’était notre façon d’essayer de donner un sens à cette putain de folie et au chaos dans lequel nous nous trouvons. C’est le disque que nous avons senti que nous devions faire à ce moment-là. »

Posté par ginieland à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 mai 2021

Garbage en dévoile plus de son nouvel album avec « No Gods No Masters »

rolling_stone-logo

 Garbage en dévoile plus de son nouvel album avec « No Gods No Masters »
01/05/2021 - par La Rédaction de
Rolling Stone

garbage2021 

La nouvelle chanson de Garbage a été inspirée par un voyage de Shirley Manson au Chili lors des manifestations contre la corruption

Les vétérans de l’Alt-rock Garbage ont dévoilé une nouvelle chanson, « No Gods No Masters », tirée de leur prochain album du même nom, qui sortira le 11 juin (via Stunvolume/Infectious Music). Le titre est également accompagné d’un clip réalisé par Scott Stuckey.

« No Gods No Masters », selon une déclaration, a été inspiré par un voyage de la frontwoman Shirley Manson à Santiago, au Chili, lors des récentes manifestations contre la corruption et les inégalités dans le pays. « L’avenir m’appartient de la même manière, chante Manson sur des guitares entraînantes, Pas de maître ni de dieux à qui obéir, je ferai les mêmes erreurs, encore et encore ».

Dans une déclaration, Manson se souvient d’avoir parcouru le Chili en voiture et d’avoir été surprise par les graffitis qui avaient été gribouillés sur de vieilles statues et des musées, jusqu’à ce qu’un de ses guides la mette en garde. « C’était comme une gifle », a déclaré Manson, ajoutant que ce commentaire lui rappelait les efforts déployés aux États-Unis pour détruire les monuments de la Confédération.

« Tous ces gens, ils ont plus de valeur qu’un monument, mais ils n’ont pas plus de valeur dans la conscience de la société, et je pense que c’est diabolique et obscène, et je veux que le pouvoir soit démantelé, une société ré-imaginée, a-t-elle déclaré. Donc, cette chanson parle de ré-imaginer notre société pour l’avenir, pour nos enfants, et de ne pas faire les mêmes erreurs encore et encore et de laisser la cupidité corrompre notre pensée. »

No Gods No Masters sera le septième album de Garbage et le premier depuis Strange Little Birds de 2016. Une version deluxe de l’album sortira le 12 juin et comprendra quelques raretés déjà publiées, comme leur reprise de 2013 du tube de Patti Smith écrit par Bruce Springsteen, « Because the Night », avec Screaming Females, et leur single de 2018, « Destroying Angels », avec John Doe et Exene Cervenka de X.

« C’est notre septième disque, dont la numérologie significative a affecté l’ADN de son contenu : les sept vertus, les sept peines et les sept péchés capitaux, explique Shirley Manson. En effet, ce nouvel album si féroce alterne les réflexions sur le capitalisme, la luxure, en passant par la perte et le chagrin. C’était notre façon d’essayer de donner un sens à ce putain de monde fou et au chaos hallucinant dans lequel nous vivons. Nous avons senti que nous devions faire ce disque à ce moment précis. »

No Gods No Masters - Tracklist

1. “The Men Who Rule the World”
2. “The Creeps”
3. “Uncomfortably Me”
4. “Wolves”
5. “Waiting for God”
6. “Godhead”
7. “Anonymous XXX”
8. “A Woman Destroyed”
9. “Flipping the Bird”
10. “No Gods No Masters”
11. “This City Will Kill You”

Deluxe Edition
12. “No Horses”
13. “Starman”
14. “Girls Talk” (feat. Brody Dalle)
15. “Because the Night” (feat. Screaming Females)
16. “On Fire”
17. “The Chemicals” (feat. Brian Aubert)
18. “Destroying Angels” (feat. John Doe and Exene Cervenka)
19. “Time Will Destroy Everything”

Posté par ginieland à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 avril 2021

Garbage fait son retour

rockfolk-logo

 Garbage fait son retour avec "The Men Who Rule The World" et annonce un nouvel album
31/03/2021 - en ligne sur
Rock & Folk

Garbage-The-Men-Who-Ruled-the-world 

 Cinq ans après "Strange Little Birds", la bande de Shirley Manson sera de retour le 11 juin prochain avec un septième album studio, "No Gods No Masters" produit par son collaborateur de longue date, Billy Bush.

Un disque intrinsèquement affecté par le chiffre 7, "les sept vertus, les sept plaies et les sept pêchés capitaux", comme l'explique le groupe dans un post partagé sur ses réseaux sociaux. "C'était notre façon d'essayer de donner du sens à ce monde de fou et ce chaos assourdissant dans lequel nous nous trouvons", ajoute-t-il.

Garbage a pour l'occasion partagé The Men Who Rule The World, un nouveau morceau très influencé par les sonorités industrielles, et décrit comme "une critique de la montée de l'étroitesse d'esprit capitaliste, du racisme, du sexisme et de la misogynie à travers le monde".

Mis en images par le réalisateur et animateur Chilien Javi Miamor, le clip a été dévoilé dans la foulée. A découvrir ci-dessous :

Pré-commande de l'album en cliquant ici.

Posté par ginieland à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 septembre 2018

21/09/2018 Quotidien "I Think I'm Paranoid"

Version 2.0 - 20 years Promo


 21 septembre 2018 - 19h20 - direct
Télévision Quotidien - TMC
Paris, France

Interview Shirley + Live "I Think I'm Paranoid"


Groupe

Shirley Manson (voix)
Steeve Marker (guitare et clavier)
Duke Erikson (guitare et clavier)
Butch Vig (batterie)
Eric Avery (guitare basse)


Captures
- interview -

> l'interview en replay sur tf1.fr/tmc

2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-1 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-2 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-3 

L'animateur Yann Barthes reçoit sur son plateau Shirley Manson pour une courte interview:

Yann Barthes "You are a rock legend, you know that ?!"
Shirley Manson éclate de rire: "The description is ridiculous but thank you!"

Yann Barthes: "Dites-nous trois mots pour parler de cet album de légende qui a 20 ans aujourd'hui"
Shirley Manson: "Sci - Fi -Pop"

Yann Barthes: "Your favorite word in French ?"
Shirley Manson: "Putain"

Yann Barthes: "Your favorite word in English ?"
Shirley Manson: "Paw... you known, on animals..." (paw = "patte" en français)
Yann Barthes: "Why ??"
Shirley Manson: "It's a strange feeling just when i hear the word"

Yann Barthes: "Rock is not dead ?"
Shirley Manson: "Absolutely not !"

2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-4 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-5 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-6 
2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-7 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-8 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-interv_shirley-9 

Yann Barthes lance la "playlist":
- La plus belle chanson de toute l'histoire ? pour Shirley: Jackie Lee "White Horses"
- La chanson pour danser ? pour Shirley: Gloria Gaynor "I Will Survive"
- La chanson pour une nuit d'amour ? pour Shirley: Nine Inch Nails: "Closer"
- La chanson géniale mais aussi honteuse ? pour Shirley: Justin Bieber feat Chance The Rapper: "Confident"


Captures
- live -

2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-1 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-2 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-3 
2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-4 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-5 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-6 
2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-7 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-8 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-9 
2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-10 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-11 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-12 
2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-13 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-14 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-15 
2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-16 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-17 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-18 
2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-19 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-20 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-21 
2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-22 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-23 2018-09-21-tv-france-la_quotidienne-live-paranoid-24 

> le live en replay sur tf1.fr/tmc

Video


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

05 juillet 2018

Rolling Stone , Juillet 2018

2018-06-29-RS-n106  Rolling Stone
n°106
pays magazine: France
paru le 29 juin 2018
article de 2 pages sur Garbage


- INTERVIEW –
Shirley Manson : Garbage et elle

Sophie Rosemont
(
source article
rollingstone.fr
)

2018-06-29-RS-n106-img 

Le deuxième album de Garbage, 2.0, fête ses 20 ans et s’offre une belle réédition. L’occasion de rencontrer la chanteuse du groupe, Shirley Manson, à Londres pour un petit flash back…

Une maison londonienne typique, avec bow window, petit jardin et adorable toutou en option… Plutôt que de s’entretenir avec les journalistes dans un hôtel, Shirley Manson a choisi le domicile d’une des amies de son label anglais. Tant mieux : toujours rousse, l’œil clair, la moue naturellement gouailleuse, elle est détendue et éclate de rire facilement. C’est parti pour une longue conversation sans non dits où on revient sur la genèse et le succès du second album de Garbage, 2.0., son féminisme et la manière dont elle a réussi à s’affirmer, les années passant et le recul aidant. Définitivement, miss Manson est l’une des icônes féminines les plus rock’n’roll de notre époque.

Vous souvenez-vous de l’enregistrement de 2.0 ?
On voulait faire une musique beaucoup plus futuriste que sur le premier album et on avait même un terme pour ça : sci-fi pop. Nos modèles, c’était Massive Attack, Portishead, les Chemical Brothers. On est retourné enregistrer aux Etats-Unis, dans le Wisconsin. La mère de Steve était en train de mourir, Duke vivait les meilleurs moments de son existence et Butch était plutôt en forme. Moi, j’étais résolue à rentrer dans le lard de tout le monde si besoin, m’affirmer davantage que sur le premier album où j’étais arrivée trop tard pour écrire la totalité des textes. Je suis très directe, je n’ai pas le temps d’être timide ou peureuse, c’est ce que j’ai voulu prouver avec 2.0.

Vous avez évolué dans un groupe d’hommes, mais avez collaboré avec des artistes féminines, de Blondie à Sky Ferreira… Besoin de solidarité ?
En tant que chanteuse d’un groupe de rock, j’ai rencontré beaucoup de malveillance ou de jalousie de la part d’autres musiciennes. Alors que je m’étais toujours senti à l’aise avec elles, car j’ai deux sœurs, je suis féministe… En me rapprochant de femmes artistes, j’ai clairement montré que je refusais cette compétition si facilement imposée par la société. Je veux voir les autres femmes comme des alliées. Notre force respective doit nous fédérer. Car même si on a plus de liberté que nos mères ou grand-mères, le chemin est difficile pour s’imposer…

Vous avez travaillé dur pour ça ?
Oui, et une fois que j’avais du succès, je m’en suis voulue… comme si je ne le méritais pas ! Ce n’est que maintenant que j’en profite et l’apprécie vraiment !

Pensez-vous toujours que 2.0 est la quintessence de Garbage ?
Oui. Si je devais choisir un seul album à jouer sur scène, ce serait celui-ci. Le premier album était un succès mais il était totalement bordélique. 2.0, lui, était parfaitement exécuté. Ce qui nous a aidé à ne pas trop vieillir, c’est que nos disques sont de drôles de mélanges. Sans doute parce que nous sommes tellement différents au sein du groupe. S’il y a quelque chose dont je suis fière, c’est ce son authentique et original.

Comment aviez-vous géré l’immense succès qui vous était tombé dessus à l’époque ?
C’était génial, et il nous a permis de faire 2.0 dans d’excellentes conditions, mais j’avais tendance à être agressive. Je suis définitivement très fragile, j’ai donc développé une faculté à tenir les gens éloignés afin d’éviter leurs coups et qu’ils ne se foutent pas de ma gueule. Avec le succès, j’ai d’autant plus gardé les gens à distance. Pourtant, je suis un agneau… Mais dans la presse, on te présente que d’une seule et unique manière, alors qu’en tant qu’humains, nous sommes une multitude de visages en une seule personne, selon notre expérience, notre passif. Bon, cela étant dit, je me contredis tout le temps…

Est-ce pour cette raison que vous êtes partie vivre à Los Angeles ?
Sans doute. On y est anonyme, on peut y renaître, même si on a l’impression d’être cassé en mille morceaux. En Ecosse, en Angleterre, j’étais jugée de toutes parts. J’avais terriblement peur de l’échec, et c’est dans cette nouvelle vie que j’ai accepté l’idée que tout pouvait voler un éclat. Mais que ce n’était pas grave ! J’ai mis beaucoup de temps à me sentir légitime.

Quand avez-vous réalisé que vous étiez une artiste à part entière ?
Jusqu’en 2012, je n’arrivais pas à me préfigurer comme une artiste, je portais ce statut aux nues et je me sentais très au-dessous. Cette année-là, j’ai retrouvé Garbage sur scène à Coachella, et j’ai vu plein de groupes jouer avant ou après nous. Non seulement j’ai réalisé que je n’étais pas moins douée, mais surtout que j’étais nettement meilleure ! Je suis rentrée chez moi, j’ai rappelé les membres de Garbage et je leur ai dit : « on fait un autre album, les gars ! Maintenant ! »

Qu’est-ce que ça fait de remporter un Icon Award, celui du magazine NME ?
Que ce magazine, avec qui j’ai eu une relation passionnelle pendant des années, me choisisse parmi toutes les chanteuses, ça m’a énormément touchée. J’étais très surprise aussi, car c’est vraiment venu de nulle part, Garbage n’ayant pas fait parler de lui ces dernières années ! Bref, j’étais ravie mais j’ai essayé de ne pas le prendre trop au sérieux, surtout avec mes amis qui me charrient en terminant leurs phrases par « n’est-ce pas, ô icône ? »

Qui sont vos propres icônes ?
J’aime David Bowie et Nick Cave mais j’écoute avant tout beaucoup de femmes. Surtout celles qui avait un véritable combat à mener et qui ont été assez généreuses pour partager leur intensité avec le reste du monde : Nina Simone, Maya Angelou, Billie Holiday, ma mère, ma grand-mère, qui était très admirative des suffragettes. Elle était brillante, diplômée en mathématiques et en astronomie, qui a réussi à élever ses enfants alors que son mari était décédé, tout en enseignant son savoir avec passion. C’était une badass granny !

Et vous, on peut dire que vous être tout aussi badass ?
J’espère bien. Et je le prends pour un compliment…

04 juillet 2018

Rock & Folk , Juin 2018

2018-06-rockfolk-n611  Rock & Folk
n°611
pays magazine: France
paru le 16 juin 2018
article de 2 pages sur Garbage 

> visuel article
2018-06-rockfolk-n611-p16  


GARBAGE
En 1998, le groupe de Shirley Manson triomphait avec son deuxième album.
L'Ecossaise évoque ici ce rock technoïde devenu vintage.

Isabelle Chelley


IL Y A 20 ANS, "Version 2.0" annonçait le retour d'un groupe qui avait affolé les esprits et la critique dès ses débuts. Non content d'avoir enchaîné les hits avec sa formule chanteuse-parolière belle à forte tête / trois producteurs / son entre électro et rock, Garbage brouillait encore les pistes, un pied dans le futur, l'autre dans le passé.

Tempes rasées et queue de cheval rouge
On débuterait bien l'interview, mais l'attachée de presse a dit à Shriley Manson qu'on avait un chien. Et la chanteuse de Garbage, tempes rasées et queue de cheval rouge, gilet en moumoute et robe noire, regarde ses photos sur notre téléphone.
"J'adorerais être un chihuaha, dit-elle avec un de ces éclats de rire franc qui ponctuent la conversation. Ma chienne est un croisé chihuaha et Jack Russell, elle vit comme une reine." En attendant une reprise d' "I Wanna Be Your Dog", on aborde le sujet qui nous amène à Londres: ce processus de rééditions débuté en 2015. "C'est une idée de notre manager. Ca peut avoir l'air arrogant, mais il estimait qu'on devait ressortir ce disque pour montrer ce qu'on avait fait. Ca a été si bien en tournée qu'on en a fait autant pour "Version 2.0". Ces disques nous ont donné la liberté d'enregistrer aujourd'hui.
Ses souvenirs de la création de "Version 2.0" sont glaçants. "On a passé l'hiver à Madison à travailler. Les lacs étaient gelés, on avait de la glace dans les narines en rentrant du studio le soir. Et je me souviens de notre assurance. On sortait d'un premier album au succès énorme. J'avais 30 ans et les mecs du groupe la quarantaine. Avoir cette chance aussi tard dans une carrière, c'est extraordinaire."
On évoque la presse de 1998, ses titres sur la belle et les geeks, la poupée manipulée par les vieux briscards. "C'est fou comme on a pu me considérer comme un objet. Je voulais qu'on me voie comme une artiste. J'ai écrit autant de choses sur les disques que le groupe, j'avais autant d'idées de production qu'eux... Les mentalités changent lentement. Quand Debbie Harry est arrivée, elle a été une pionnière pour nous toutes. C'est l'archétype de la chanteuse pop moderne qui a pulvérisé tous les murs. J'ai une énorme gratitude envers elle. Il n'y aurait pas de Madonna sans elle. Et sans Madonna, pas de Beyoncé. Et sans Beyoncé, où serions-nous ?" conclut-elle en éclatant de rire. En 2017, les Américains ont pu voir les deux pétroleuses partager une scène quand Blondie et Garbage ont tourné ensemble. Shirley précise que sa première rencontre avec Debbie Harry remonte à 1984, à Liverpool quand elle jouait avec Goodbye Mr Mackenzie.
"Son manager m'a dit: 'Je te trouve incroyable, si un jour tu sors un disque, fais-moi signe'. Il a cru en moi avant tout le monde, il a changé ma vie. En raison de ce lien, Debbie et moi étions souvent sur les mêmes labels, aux mêmes fêtes. Elle est venue me voir en première partie des Ramones à New York, elle était dans la fosse. La tournée a été fantastique pour un million de raisons, surtout, parce qu'en tant que femme de 51 ans dans la musique, je suis souvent la plus vieille dans la pièce. Et soudain, je me retrouvais en tournée avec une femme de 71 ans ! C'était très rare d'avoir des représentations de femmes plus âgées dans les médias. Elle montait sur scène tous les soirs avec énergie, sex-appeal, esprit punk, elle reste d'une beauté incroyable. Mon groupe perdait les pédales quand elle leur parlait. Personne n'est aussi cool qu'elle."

Le plafond de verre
Dans le genre modèle cool, la fille qui débutait "Version 2.0" en annonçant qu'elle était un loup déguisée en mouton n'était pas mal non plus. "C'était une façon de dire, ne me prenez pas pour une fillette parce que je porte une jolie robe, vous ne savez pas qui je suis." Malgré tout, les années 90 ont été un âge d'or où il faisait bon être une grande gueule plutôt qu'une poupée. "J'ai aimé cette période, mais tout n'était pas idéal. La musique de l'époque me manque. Il y avait une telle liberté pour les femmes. A un certain moment, ma génération s'est dit qu'elle cassait le plafond de verre. Ce n'était pas vrai, hélas."
Avant de prendre congé, on lui demande ce qu'elle aurait fait si elle n'avait pas connu le succès avec Garbage. "J'ai longtemps voulu être actrice, mais je n'ai pas pu entrer dans un cours d'art dramatique. J'ai travaillé 5 ans dans une boutique de vêtements avant de réussir à m'échapper dans un groupe. J'ai foutu en l'air ma scolarité. vraiment. Aujourd'hui encore, mon père me dit: "Tu aurais dû aller à la fac". Je lui réponds: "Papa, je suisune rock star, j'ai du succès...

Posté par ginieland à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 janvier 2018

Décès de Dolores O'Riordan

C'est avec une grande tristresse qu'un communiqué fait part de la disparition soudaine de Dolores O'Riordan, chanteuse du groupe The Cranberries, ce lundi 15 janvier 2018, âgée seulement de 46 ans. Elle fait partie des figures majeures des chanteuses de rock des années 1990s, à l'instar de Shirley Manson (Garbage) et de Courtney Love (Hole).
It's with a great sadness that news announce the sudden death of Dolores O'Riordan, singer of The Cranberries, this Monday, January 15, 2018, aged only 46 years. She is one of the major figures of rock female singers of the 1990s, like Shirley Manson (Garbage) and Courtney Love (Hole).

cranberries1  cranberries2 


Dolores O'Riordan
(06/09/1971 - 15/01/2018)

Dolores-ORiordan-red-dolores-oriordan-21212019-375-500 
Dolores-ORiordan-2 
Dolores-ORiordan-3 

Posté par ginieland à 20:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,