18 juin 2016

Garbage: Push It

Version 2.0


1998 
Push It
premier single et chanson n°7 de l'album "Version 2.0"


Enregistrement: Le groupe a commencé l'écriture de leur deuxième album en mars 1997 dans une maison de vacances à Friday Harbor, à Washington, où ils ont fait des ébauches de démos de nouvelles chansons pendant trois semaines. Après avoir estimé qu'ils avaient bien démarré, ils se sont retrouvés dans leur Smart Studios (à Madison, dans le Wisconsin) et ont poursuivi leur travail le reste de l'année. Le groupe a enregistré tout le matériel par le biais d'un système numérique de 48 pistes directement sur les disques durs utilisant un 24 bits Pro Tools rig, d'où le choix du titre de l'album, faisant référence à l'informatique et les mises à jour des systèmes d'exploitation et logiciels. Shirley Manson a écrit la grande majorité des textes pendant qu'elle logeait dans un hôtel près du studio.

Composition: Durant une session vocale où Shirley Manson chantait sur la musique composée pour "Push It", le groupe a pensé que l'une des phrases pourrait bénéficier d'un choeur vocal répondant à la phrase chantée par Shirley. En s'inspirant de l'expression spontanée de Shirley "don't worry baby", le guitariste Steeve Marker a samplé la chanson "Don't Worry Baby" des Beach Boys et l'a utilisée pour les choeurs. La démo enregistrée n'a pas plu au groupe, alors Shirley a chanté à nouveau les paroles pour les faire correspondre à la tonalité et au tempo de la chanson. Conscients des droits d'auteurs à régler pour conserver le sample utilisé, le groupe a longuement débattu sur le fait de le garder ou non. Par coïncidence Garbage et Brian Wilson partageaient alors la même maison publicitaire d'édition (Irving Music). Considérant qu'il n'avait rien à perdre, le groupe fait envoyer une copie de "Push It" à Brian Wilson par l'intermédiaire d'un représentant d'Irving Music, et de lui ainsi demander la permission d'utiliser l'interpolation. Brian Wilson a donné sa bénédiction et aurait conservé la bande. Les co-auteurs du titre des Beach Boys sont tous les deux crédités pour l'écriture du titre "Push It"; le livret de l'album comporte en effet la mention: "Push It contains an interpolation of "Don't Worry Baby" written by Brian Wilson and Roger Christian."

- Beach Boys: "Don't Worry Baby" -

De plus, un crédit est aussi mentionné pour Herbie Azor, car les avocats du groupe ont estimé qu'il y avait une possible similitude des phrases "push it !" à son propre "Push It", qui avait été un tube pour le groupe de Hip Hop New Yorkais Salt-N-Pepa: "Also contains an interpolation of "Push It" written by Herbie Azor".
Pour les dernières notes de la chanson, le groupe s'est inspiré de l'orchestration finale du titre "A Day in the Life" des Beatles.

- Beatles: "A Day in the Life" -

Paroles

I was angry when I met you
I think I'm angry still
We can try to talk it over
If you say you'll help me out

Don't worry baby (don't worry baby)
No need to fight
Don't worry baby (don't worry baby)
We'll be alright

This is the noise that keeps me awake
My head explodes and my body aches
Push it, make the beats go harder
Push it, make the beats go harder

I'm sorry that I hurt you
Please don't ask me why
I want to see you happy
I want to see you shine

Don't worry baby (don't worry baby)
Don't be uptight
Don't worry baby (don't worry baby)
We'll stay up all night

This is the noise that keeps me awake
My head explodes and my body aches
Push it, make the beats go harder
Push it, make the beats go harder


Come on push it, you can do it
Come on prove it, nothing to it
Come on use it, let's get through it
Come on push it, you can do it

Don't worry baby (don't worry baby)
Don't be uptight
Don't worry baby (don't worry baby)
We'll stay up all night

This is the noise that keeps me awake
My head explodes and my body aches
Push it, make the beats go harder
Push it, make the beats go harder

Don't worry baby
We'll be alright
Don't worry baby
We'll be alright

Push it
Push it
Push it
Push it
Push it

Traduction

J'étais en colère quand je t'ai rencontré
Je crois que je le suis toujours
Nous pouvons essayer d'en discuter
Si tu dis que tu m'aideras

Ne t'inquiètes pas bébé (ne t'inquiètes pas bébé)
Pas besoin de se battre
Ne t'inquiètes pas bébé(ne t'inquiètes pas bébé)
Nous irons bien

C'est le bruit qui me maintient éveillée
Ma tête explose et mon corps souffre
Pousse le, rend les battements plus durs
Pousse le, rend les battements plus durs

Je suis désolée de te blesser
S'il te plait, ne me demande pas pourquoi
Je veux te voir heureux
Je veux te voir briller

Ne t'inquiètes pas bébé (ne t'inquiètes pas bébé)
Ne sois pas tendu
Ne t'inquiètes pas bébé (ne t'inquiètes pas bébé)
Nous veillerons toute la nuit

C'est le bruit qui me maintient éveillée
Ma tête explose et mon corps souffre
Pousse le, rend les battements plus durs
Pousse le, rend les battements plus durs

Allez pousse le, tu peux le faire
Allez prouve le, je t'en prie
Allez utilise le, parviens-y
Allez pousse le, tu peux le faire

Ne t'inquiètes pas bébé (ne t'inquiètes pas bébé)
Ne sois pas tendu
Ne t'inquiètes pas bébé (ne t'inquiètes pas bébé)
Nous veillerons toute la nuit

C'est le bruit qui me maintient éveillée
Ma tête explose et mon corps souffre
Pousse le, rend les battements plus durs
Pousse le, rend les battements plus durs


Ne t'inquiètes pas bébé
Nous irons bien
Ne t'inquiètes pas bébé
Nous irons bien

Pousse le
Pousse le
Pousse le
Pousse le
Pousse le


Le single: La publicité autour de l'album Version 2.0 débute avec la diffusion du premier single Push It le 16 mars 1998 sur les radios européennes. Au Royaume-Uni, la chanson passe sur les ondes des stations nationales Radio One, Virgin, XFM, GLR et sur une soixantaine de radios régionales et le titre atteint alors la place n°20 des charts en Angleterre. Mushroom Records sort le single "Push It" le 27 avril 1998: à la fin de la semaine, le titre atteint la 9ème place des charts des singles britanniques, devenant ainsi le 3ème titre du groupe à se hisser dans le top 10 des singles. "Push It" restera dans le top pendant cinq semaines.
C'est en Islande qu'il obtient le plus grand succès: le single atteint la 2ème place après 5 semaines. Et en Espagne, où le single, sorti par RCA, débute à la place n°5.

Meilleures places dans les Charts en 1998

1998-garbage-push_it-blister  Depuis leur premier album, Garbage a toujours sorti leurs singles en édition limitée dans des pochettes particulières (en aluminium, caoutchouc, hologramme 3D etc...) Mais éditer les vinyles dans de tels matériaux, n'était évidemment pas rentable pour le label.
En 1996, pendant leur tournée au Japon, le groupe découvre une édition spéciale d'un de leur single en format "3 CD" chez un disquaire: "Ils étaient emballés dans de belles petites boîtes. C'était vraiment minimaliste et absolument beau, et nous voulions faire quelque chose qui serait vraiment beau et minimaliste" a raconté Shirley Manson. Quand le label Mushrow a travaillé sur des idées de design, ils ont découverts que les disquaires refusaient de ranger ces éditions dans les bacs parce qu'ils n'étaient pas conformes à leurs étagères. Le concepteur artistique du projet, Ade Britteon, a suggéré un emballage des disques en plastique préformée scellé sur une carte blister, similaire à la façon dont les batteries électriques sont affichées, de sorte que le disque pourrait être propulsé au dos de l'emballage. Les cinq singles en édition limitée de l'album "Version 2.0" vont être présentés de cette manière. Cependant, ils restent très rares car très peu édités, particulièrement en France où ils n'ont quasiment pas été distribués.
Parmi les titres inédits en face-b des différentes versions du single sorti à travers le monde, on retrouve: "Lick The Pavement" et "Thirteen".

1998-garbage-push_it-usa-1a 1998-garbage-push_it-usa-1b 1998-garbage-push_it-uk 
>-> cf Pochettes des singles de Push It : USA recto-verso / UK <-<

   20 avril 1998
Australie - White Records
CD maxi - single

20 avril 1998
Nouvelle Zélande - White Records
CD maxi / Cassette

20 avril 1998
Europe - BMG - CD maxi - single
"Push it" - 4:01
"Lick the Pavement" - 2:43

20 avril 1998
Afrique du Sud - BMG - CD maxi
"Push it" - 4:01
 "Push it - Boom Boom Satellites mix" - 6:43
"Lick the Pavement" - 2:43
"Thirteen" - 3:31

21 avril 1998
Canada - Almo Sounds - CD maxi

21 avril 1998
USA - Almo Sounds - CD maxi

"Push it" - 4:01
"Thirteen" - 3:31
"Push it - Boom Boom Satellites mix" - 6:43

27 avril 1998
UK - Mushroom Records UK - CD
"Push it" - 4:01
"Lick the Pavement" - 2:43
 "Push it - Boom Boom Satellites mix" - 6:43

27 avril 1998
UK - Mushroom Records UK - Cassette
"Push it" - 4:01
"Lick the Pavement" - 2:43

27 avril 1998
UK - Mushroom Records UK - 3 CD single

 "Push it" - 4:01
  "Thirteen" - 3:31

   
20 octobre 1998
  USA - Almo Sounds - Vinyle ("Push It"/"I Think I'm Paranoid")
"Push it - Club mix" - 7:19
"Push it - Dub mix" - 3:40
"I Think I'm Crystalized Extended" - 7:25
"I Think I'm Crystalized Dub" - 5:18

- Les Faces-B inédites du single:
- Lick The Pavement
- Thirteen


> critique paru dans Rock Sound, 1998

1998-push_it-critique_rock_sound 


Le clip vidéo de Push It a été réalisé par le photographe italien Andrea Giacobbe pour la société de production Satellite Films/Propaganda Films et pour un budget de 400 000 $, début mars 1998. C'est Garbage qui a fait appel à Giacobbe, le groupe étant impressionné par son travail de représentation fantastique du réel (on lui doit le générique de l'émission d'arte Tracks depuis 1995, mais aussi le clip "Dirt" de Death In Vegas en 1996).
Mais le groupe fut dérouté par le clip vidéo, et ce, dès le storyboard, Shirley expliquera: "Il hâche les scènes et il parle de ce genre d'intemporalité, ce qui est un peu la même chose que ce que nous faisons musicalement. Il ne voulait pas installer la vidéo dans aucun endroit ni temps donné. Vous ne saviez pas à quelle époque ni la durée dans laquelle se situait la vidéo."
Le réalisateur a utilisé diverses bobines, afin de créer les styles différents que l'on retrouve dans la vidéo: du ton sepia, du noir et blanc, de la couleur inversée, du technicolor.

garbage-video-album_2-push_it-set-1-1  Le groupe n'est d'ailleurs particulièrement pas très emballé par le premier assemblage de la vidéo qu'on leur présente, avant que l'assemblage de la post-production n'ait lieu; Butch Vig considérait que cette version "était plate, et n'avait pas un éclairage flatteur, car il avait déformé presque toutes les images par ordinateur, dont il y avait encore beaucoup de travail à faire en post-production pour donner cet aspect crépusculaire, ou technicolor, cet aspect des années 1970s à la Starsky et Hutch. Il nous répétait "Ne vous inquiétez pas, ceci est juste la toile que je vais peindre."
Butch reconnaîtra plus tard que la vidéo comporte des détails de cadrage "qui la rend plus facile à regarder après plusieurs visionnages". Le groupe décrira la vidéo comme étant "Felliniesque".

> vidéo

Le tournage s'est déroulée à Los Angeles sur quatre jours: le premier jour dans un supermarché; le deuxième dans un hôpital, et le troisième dans un cimetière.
Le premier jour, un accident se produit: les roues sur lesquelles étaient montées un cerf en peluche se sont détachées, et ont provoqué un accident de voiture mineur. Le deuxième jour, c'est Giacobbe qui se blesse dans une chute pendant le tournage.

Le scénario de la vidéo (bien que le récit peut être aussi non linéaire) débute avec Shirley Manson faisant ses courses (achats de bocaux) au supermarché avec son compagnon (qu'elle embrasse), un homme représenté en images télévisuelles floues, qui se fait attaquer par trois antagonistes déguisés en nonnes, pendant que le groupe les regarde.
Après le premier couplet et le refrain, des écoliers triplets portant une sacoche MacGuffin cherchent à localiser Shirley à travers un émetteur vidéo portatif. Arrivés à sa maison, ils sonnent à la porte et lui remettent la sacoche, et attaquent son partenaire, un homme à l'allure de René Magritte avec une ampoule à la place de la tête.
De courtes images nous montrent alors Shirley avec des versions enfants des deux hommes (sont-ils les enfants que Shirley a eu avec ces hommes ou sont-ils ces hommes quand ils étaient enfants ?): elle apprend à faire du vélo à l'un, souffle des bougies d'un gâteau d'anniversaire à l'autre. Assise dans un fauteuil avec les enfants, Shirley se lève et se rend dans un cimetière pour retrouver une personne encagoulée qui tient un grand ballon blanc; la personne se prosterne devant Shirley et lui baise le pied.
Une série d'images montrant plusieurs personnages étranges défilent à l'écran: un couple accroupi et soumis à leurs enfants, une femme masquée version SM reliée à un cerf empaillé par une laisse, deux hommes d'affaires chinois qui se battent, une femme officier de marine qui se lèche le pied, une femme nue appeurée sortant d'un bain dans un hôpital, une petite fille entourée de quatre hommes portant des masques à gaz (unité du SWAT, la police d'élite aux USA) qui portent un toast, deux femmes aliens reliées par la tête telles des soeurs siamoises.
Devant un miroir, on découvre que la personne encagoulée du cimetière n'est autre que Shirley Manson: elle retire sa cagoule et lèche le miroir qui renvoie son propre reflet.
Puis Shirley, tenant la malette, sort de la maison avec les deux hommes du début (celui aux images télé floues et celui de la tête d'ampoule): ils montent dans une voiture (Fiat 500) et partent.

> captures 
garbage-video-album_2-push_it-cap01 garbage-video-album_2-push_it-cap02 garbage-video-album_2-push_it-cap03 
garbage-video-album_2-push_it-cap04 garbage-video-album_2-push_it-cap05 garbage-video-album_2-push_it-cap06 
garbage-video-album_2-push_it-cap07 garbage-video-album_2-push_it-cap08 garbage-video-album_2-push_it-cap09 
garbage-video-album_2-push_it-cap10 garbage-video-album_2-push_it-cap11 garbage-video-album_2-push_it-cap12 
garbage-video-album_2-push_it-cap13 garbage-video-album_2-push_it-cap14 garbage-video-album_2-push_it-cap15 
garbage-video-album_2-push_it-cap16 garbage-video-album_2-push_it-cap17 garbage-video-album_2-push_it-cap18 
garbage-video-album_2-push_it-cap19 garbage-video-album_2-push_it-cap20 garbage-video-album_2-push_it-cap21 
garbage-video-album_2-push_it-cap22 garbage-video-album_2-push_it-cap23 garbage-video-album_2-push_it-cap24 
garbage-video-album_2-push_it-cap25 garbage-video-album_2-push_it-cap26 garbage-video-album_2-push_it-cap27 
garbage-video-album_2-push_it-cap28 garbage-video-album_2-push_it-cap29 garbage-video-album_2-push_it-cap30 
garbage-video-album_2-push_it-cap31 garbage-video-album_2-push_it-cap32 garbage-video-album_2-push_it-cap33 
garbage-video-album_2-push_it-cap34 garbage-video-album_2-push_it-cap35 garbage-video-album_2-push_it-cap36 
garbage-video-album_2-push_it-cap37 garbage-video-album_2-push_it-cap38 garbage-video-album_2-push_it-cap39 
garbage-video-album_2-push_it-cap40 garbage-video-album_2-push_it-cap41 garbage-video-album_2-push_it-cap42 
garbage-video-album_2-push_it-cap43 garbage-video-album_2-push_it-cap44 garbage-video-album_2-push_it-cap45 
garbage-video-album_2-push_it-cap46 garbage-video-album_2-push_it-cap47 garbage-video-album_2-push_it-cap48 
garbage-video-album_2-push_it-cap49 garbage-video-album_2-push_it-cap50 garbage-video-album_2-push_it-cap51 
garbage-video-album_2-push_it-cap52 garbage-video-album_2-push_it-cap53 garbage-video-album_2-push_it-cap54 
garbage-video-album_2-push_it-cap55 garbage-video-album_2-push_it-cap56 garbage-video-album_2-push_it-cap57 
garbage-video-album_2-push_it-cap58 garbage-video-album_2-push_it-cap59 garbage-video-album_2-push_it-cap60 
garbage-video-album_2-push_it-cap61 garbage-video-album_2-push_it-cap62 garbage-video-album_2-push_it-cap63 
garbage-video-album_2-push_it-cap64 garbage-video-album_2-push_it-cap65 garbage-video-album_2-push_it-cap66 
garbage-video-album_2-push_it-cap67 garbage-video-album_2-push_it-cap68 garbage-video-album_2-push_it-cap69 
garbage-video-album_2-push_it-cap70 garbage-video-album_2-push_it-cap71 garbage-video-album_2-push_it-cap72 
garbage-video-album_2-push_it-cap73 garbage-video-album_2-push_it-cap74 garbage-video-album_2-push_it-cap75 
garbage-video-album_2-push_it-cap76 garbage-video-album_2-push_it-cap77 garbage-video-album_2-push_it-cap78 
garbage-video-album_2-push_it-cap79 garbage-video-album_2-push_it-cap80 garbage-video-album_2-push_it-cap81 
garbage-video-album_2-push_it-cap82 garbage-video-album_2-push_it-cap83 garbage-video-album_2-push_it-cap84 
garbage-video-album_2-push_it-cap85 garbage-video-album_2-push_it-cap86 garbage-video-album_2-push_it-cap87 
garbage-video-album_2-push_it-cap88 garbage-video-album_2-push_it-cap89 garbage-video-album_2-push_it-cap90 
garbage-video-album_2-push_it-cap91 garbage-video-album_2-push_it-cap92 garbage-video-album_2-push_it-cap93 
garbage-video-album_2-push_it-cap94 garbage-video-album_2-push_it-cap95 garbage-video-album_2-push_it-cap96 
garbage-video-album_2-push_it-cap97 garbage-video-album_2-push_it-cap98 garbage-video-album_2-push_it-cap99 
garbage-video-album_2-push_it-cap100 garbage-video-album_2-push_it-cap101 garbage-video-album_2-push_it-cap102 
garbage-video-album_2-push_it-cap103 garbage-video-album_2-push_it-cap104 garbage-video-album_2-push_it-cap105 
garbage-video-album_2-push_it-cap106 garbage-video-album_2-push_it-cap107 garbage-video-album_2-push_it-cap108 
garbage-video-album_2-push_it-cap109 garbage-video-album_2-push_it-cap110 garbage-video-album_2-push_it-cap111 
garbage-video-album_2-push_it-cap112 garbage-video-album_2-push_it-cap113 garbage-video-album_2-push_it-cap114 
garbage-video-album_2-push_it-cap115 garbage-video-album_2-push_it-cap116 garbage-video-album_2-push_it-cap117 
garbage-video-album_2-push_it-cap118 garbage-video-album_2-push_it-cap119 garbage-video-album_2-push_it-cap120 
garbage-video-album_2-push_it-cap121 garbage-video-album_2-push_it-cap122 garbage-video-album_2-push_it-cap123 
garbage-video-album_2-push_it-cap124 garbage-video-album_2-push_it-cap125 garbage-video-album_2-push_it-cap126 
garbage-video-album_2-push_it-cap127 garbage-video-album_2-push_it-cap128 garbage-video-album_2-push_it-cap129 
garbage-video-album_2-push_it-cap130 garbage-video-album_2-push_it-cap131 garbage-video-album_2-push_it-cap132 
garbage-video-album_2-push_it-cap133 garbage-video-album_2-push_it-cap134 garbage-video-album_2-push_it-cap135 

Diffusion: Aux USA, la première diffusion a lieu le 6 avril 1998 sur MTV; et dans le reste du monde dès le mois de mai 1998. Le clip vidéo figure sur le DVD que le groupe a sortie en 2007 Absolute Garbage, mais avec des modifications numériques qui obscursissent partiellement la nudité apparente dans la vidéo (la jeune fille qui sort du bain a les seins nus et porte une culotte couleur chair). 

Nomination: La vidéo de "Push It" a été nommée dans 8 catégories aux MTV Video Music Award de 1998 mais repartira bredouille: Best Group Video, Best Alternative Video, Breakthrough Video et Best Direction (pourr Andrea Giacobbe), Best Editing (pour Sylvain Connat), Best Art Direction (pour Virginia Lee), Best Cinematography (pour Max Malkin) et Best Special Effects (pour Sébastien Caudron).
Aux MTV Europe Music Award de 1998, le clip était nommée pour Best Video (remporté par "Tear Drop" de Massive Attack).
En 1999, aux MVPA Music Video Awards, la vidéo est nommée dans 4 catégories: Alternative Video, Best Styling, Best Hair et Best Make-Up in a Music Video (qu'ils vont gagner: Gina Monaci et Jeff Judd pour leur travail de maquillage).


La promo- Performance télé: le 2 juin 1998 dans l'émission française Nulle Part Ailleurs, Garbage interprète deux lives (I Think I'm Paranoid et Push It):


> Sur le web:
article Push It Garbage song wikipedia 
les singles Push It sur garbage-discography  


© All images are copyright and protected by their respective owners, assignees or others.
copyright text by GinieLand.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer